Just another Réseau Blog Poliris site
30 nov

Pour l’achat d’un bien immobilier à Blonville-sur-Mer, profitez du PTZ 2017

139-©-momius-copy

Le PTZ version 2017 vit ses derniers jours, voire ses dernières heures… Vous souhaitez acheter un logement à Blonville-sur-Mer à moindre coût ? Pensez au PTZ 2017. L’année prochaine, financer l’achat d’un bien immobilier avec un prêt complémentaire à taux zéro ne sera plus aussi simple.

En effet, s’il est prolongé jusqu’en 2021, le prêt à taux zéro est toutefois légèrement modifié. Dès le 1er janvier 2018, les zones tendues (A, Abis et B1) ne pourront plus en bénéficier dans l’ancien. À l’inverse, les zones B2 et C pourront, en plus du PTZ dans l’ancien, continuer à bénéficier du PTZ dans le neuf pendant deux ans, mais avec des montants limités à 20 % du coût total de l’opération, contre 40 % actuellement. Certaines banques ne prennent déjà plus les dossiers avec des prêts à taux zéro… D’autres acceptent de les étudier jusqu’au 1er décembre au plus tard. C’est donc les derniers jours pour déposer des dossiers de prêts complets afin qu’ils puissent être finalisés avec certitude dans les délais.

Vous voulez acheter un logement à Blonville-sur-Mer ? On ne va pas vous mentir : bénéficier d’un prêt complémentaire à taux zéro est intéressant, car les taux continuent leurs progressions. Au 1er semestre 2018, on peut s’attendre à franchir la barre des 2% en taux fixe sur 20 ans. Et les mesures récentes du gouvernement ne vont rien arranger. Elles pourraient conduire à accélérer l’exclusion des ménages les plus fragiles de l’accession à la propriété. « La disparition programmée des APL Accession pourrait être un nouveau coup dur porté aux ménages modestes, en pleine hausse des taux, et des prix », confie Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi. Bonne nouvelle : le gouvernement semble être ouvert au retour de ce dispositif. « Si le gouvernement prend pleinement conscience que certaines aides sont utiles au marché, la primo-accession restera importante l’an prochain, poursuit-il. C’est primordial, car les primo-accédants sont le moteur du marché immobilier.»

C.V. / Bazikpress © momius

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée