Just another Réseau Blog Poliris site
29 Avr

Séduisez un millennial pour votre maison en vente à Villers-sur-Mer !

Vous avez une maison à vendre à Villers-sur-Mer ? Le portail immobilier Logic-Immo s’est intéressé à la génération qu’on appelle Y ou millennials, ces jeunes nés entre 1980 et l’an 2000. Pourquoi ? Parce qu’en ce début d’année, ils occupent une place à part dans la dynamique actuelle du marché immobilier (près de 1 acheteur immobilier sur 4 est un millennial) et qu’ils possèdent des caractéristiques sociologiques et comportementales propres. Alors qui sont-ils ? Les millennials sont surtout des primo-accédants (66% vs 24%) vivant en province à 83% (contre 69% pour le reste des acquéreurs en France). Plus que les autres générations, ces jeunes acheteurs portent un projet d’achat de résidence principale et ont davantage recours à un prêt immobilier (92% vs 71%).

Un budget restreint qui ne les empêche pas de se lancer
Les millennials sont plus contraints par leur budget et leur capacité d’emprunt. Leur enveloppe est plus restreinte que celle des autres populations d’acquéreurs. Près de la moitié disposent d’un budget inférieur à 200 k€ (49% vs 36%). Mais encore, près de 3 sur 4 n’excèdent pas les 300 k€ pour le budget prévu à la concrétisation de leur projet d’achat (72% vs 58%).

À noter que, leur première démarche est d’abord de définir leur capacité d’emprunt et leur budget (42% vs 26%) tandis que, inversement, les autres générations commencent par définir leur périmètre géographique (33% chez les 35 ans ou plus vs 29% chez les – 35 ans). Puis en troisième étape, vient – comme chez les autres acheteurs – la détermination des caractéristiques du futur habitat (superficie, nombre de pièces / chambres, présence d’un garage, terrain, étage, etc.), démarche citée par 18% des millennials contre 25% chez les autres populations d’acquéreurs.

À noter que les millennials font preuve de souplesse. Ils sont enclins à faire des concessions sur la surface du bien (43%). Mais là où ils se différencient vraiment c’est qu’ils sont plus enclins que les 35 ans ou plus à faire des concessions sur la localisation de leur bien (34% vs 25%) qu’à faire des concessions sur le prix (22% vs 24%). À l’avenir, ils redoutent autant des prix trop élevés sur le marché (65% vs 56%) qu’une absence de biens correspondant à leurs attentes (68% vs 74%).

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée